URBANITY

Sans métrise, l'urbanité n'est rien

LES LIMITES DES MODÈLES COMPORTEMENTAUX DU BIG DATA — 17 mars 2017

LES LIMITES DES MODÈLES COMPORTEMENTAUX DU BIG DATA

« Les entreprises comme Google, Apple ou Facebook disposent de millions de variables décrivant le comportement de millions de personnes. Les techniques d’apprentissage machine (“machine learning”) peuvent y cerner des tendances qui échapperaient à un regard purement humain ».

« Les big data permettent de prédire qui recevra un prêt, mais en expliquer les causes reste un défi autrement plus complexe. »

Les big data demeurent particulièrement stimulantes, si l’on considère que ce type de donné vient compléter l’arsenal des enquêtes et des recensements à disposition des scientifiques. Les problématiques contemporaines des sciences sociales de l’espace, et plus largement des sciences sociales, ne sont pas autant liées aux données qu’aux méthodologies d’analyse, et particulièrement à l’innovation méthodologique permettant d’entrer en matière avec la complexité de la société des individus.

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/03/16/les-limites-des-modeles-comportementaux-du-big-data_5095428_3232.html

PUBLIC OPEN DATA — 4 avril 2016

PUBLIC OPEN DATA

« Traditionally government data has been restricted to relatively small groups of expert users. Open data presents a radically different approach where as much government data as possible is released freely to the public online. This is intended to improve scrutiny of public services, and allow the development of new applications bringing social and economic benefits. »

Source : Impact of Social Sciences – The availability of open data and new trends in data visualisation will transform how we understand our cities.